REPARATIONS POUR NOÉ

Reparations pour Noé, Justice pour les travailleurs et travaileuses migrant-e-s

https://www.facebook.com/events/702832409862282/

Rassemblement
Dimanche le 19 juillet à 14h
au coin de Queen-Mary et Côte-des-neiges (dans le parc)

Levée de fonds indiegogo
https://www.indiegogo.com/projects/justice-pour-noe-et-tous-les-travailleurs-migrants#/story

Notre camarade et ami Noé a mené une lutte pendant 7 ans afin d’obtenir justice face à la compagnie Savoura, son ancien employeur,qui s’appuie sur le travail des travailleurs migrants temporaires.

Noé est arrivé au Québec en 2008, dans le cadre du Programme de travailleurs étrangers temporaires. Il travaillait à la récolte des tomates, dans les serres de Savoura. Après que Noé ait participé à l’organisation d’une grève de courte durée afin de demander qu’un collègue malade ait accès à des soins médicaux, Savoura l’a congédié. Noé a ensuite été renvoyé de force vers le Guatemala.

Il est par la suite revenu au Canada et a porté plainte contre la compagnie Savoura. Plus de six ans plus tard, le tribunal d’arbitrage lui a donné raison : Savoura a congédié Noé sans raison juste et suffisante. De plus, Savoura a contrevenu aux articles 10 et 16 de la Charte des droits et libertés de la personne, en discriminant les travailleurs sur la base de leur origine ethnique et nationale, et sur la base de la langue parlée (pour voir la décision : http://canlii.ca/t/gfqbm).

Cela constituait une grande victoire, non seulement pour Noé, mais pour tou-te-s les travaill-eur-euse-s migrant-e-s temporaires et tous les travaill-eur-euse-s agricoles, invisibles aux yeux de notre société. Ces derniers travaillent souvent dans des conditions précaires, exploités par leur employeur, et ce, pour assurer notre alimentation.

Toutefois, au cours du printemps 2015, avant même de parvenir à une entente en ce qui concerne les mesures compensatoires envers Noé, Savoura a déclaré faillite. Pourtant, on retrouve toujours des produits étiquetés au nom de la compagnie Savoura dans les commerces…

Nous lançons une campagne en solidarité avec Noé et avec tous les travailleurs et travailleuses migrant-e-s temporaires, pour exiger de la compagnie Savoura et du ministre québécois du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, qu’ils assument leurs responsabilités dans cette affaire et qu’ils cessent l’exploitation des travailleurs et travailleuses migrant-e-s.

——————-
Le Comité justice pour Noé
du Centre de travailleurs et travailleuses immigrant-e-s, Mexicain-e-s uni-e-s pour la régularisation, Solidarité sans frontières, le Comité pour les droits humaines en Amérique latineObservatoire critique de droits humains des immigrants et immigrantes et Syndicat industriel des travailleuses et travailleurs

Tags:

Leave a Reply